Témoignage Maman Solo : Clémence

témoignage maman solo
Ce blog devient le votre ! Désormais retrouvez chaque semaine des témoignages de mamans solo ! Pour inaugurer cette catégorie, j’ai le plaisir de laisser Clémence vous raconter son histoire. N’hésitez pas à lui laisser des petits messages en commentaires si le cœur vous en dit. Merci Clémence pour ta confiance et ton témoignage.

 


Je m’appelle Clémence. A 20 ans j’ai rencontré quelqu’un, ça été très rapide. J’avais envie d’indépendance et de vivre quelque chose de fort. Il m’a rapidement coupé de ma famille et de beaucoup d’amis. Il m’a promis beaucoup de choses. Il voulait un bébé.  Moi et ma naïveté avons accepté. Au bout de 5 mois de relation j’étais enceinte et à ce même moment il a changé. Le masque est tombé. Un soir il est rentré saoul et a essayé de lever la main sur moi. J’ai pris mes affaires et je suis parti. Ce fût la meilleure décision que j’ai pu prendre dans ma vie. Cette petite vie au fond de moi ne méritait pas une vie minable. Je suis donc revenue chez mes parents leur annonçant cette double nouvelle. Ils m’ont parlé d’avortement mais je refusais ce mot. Ce bébé je l’avais choisi, je l’assumerai quoiqu’il arrive.

 

Cela a été une torture psychologique tiraillée entre cette rupture et cette grossesse. Ce moment qui dans la vie d’une femme est heureux a été pour moi très difficile. Annoncer cela en sanglots à toute ma famille, entendre des réflexions désobligeantes d’esprits très fermés. Ma maman n’a pas supporté et m’a « demandé » de partir. Je me suis retrouvée le soir même dans un foyer pour femme. Ma situation : pas d’emploi, pas de logement et enceinte de 3 mois. Je ne pouvais pas descendre aussi bas et mettre au monde mon enfant dans ce contexte.  J’ai remué ciel et terre pour trouver des aides, un logement abordable, renouer avec ma famille et préparer l’arrivée de mon bébé. Deux mois plus tard, j’étais dans mon joli appartement avec peu de meubles mais le nécessaire.

 

Et le « papa » dans tout ça ? J’ai essayé de l’impliquer dans la grossesse. Il était très instable, un jour il me demandait d’avorter, le lendemain il voulait m’imposer un prénom… J’ai dû déposer plainte contre lui car je ne supportais plus ses insultes. Mais pour mon enfant, je l’ai convié à l’échographie morphologique. Le but n’était absolument pas de me rabibocher avec monsieur mais que mon enfant ne me reproche pas d’avoir écarté son père de lui. En parallèle j’ai vu une avocate, pour y voir plus clair. Nous avons préparé un dossier, au cas où il voudrait le reconnaître. A cette époque je ne connaissais pas ses intentions et je voulais à tout prix préserver mon bébé. D’ailleurs désormais je ne parlerai plus papa mais de géniteur.

 

Durant la grossesse, le manque d’un homme a été bien présent. Je me revois assise dans une allée IKEA à pleurer en voyant un papa parler tendrement à sa femme enceinte en choisissant le lit. Moi a côté d’eux j’essayais de saisir le même carton. Seule. Je me souviens aussi que je souffrais de ne pas avoir le regard amoureux d’un homme sur mon corps qui changeait. J’ai pleuré de longues heures les dimanches en préparant la chambre de mon bébé. Je jalousais les femmes en couple… En 6 mois j’ai pu pardonner à mes parents. Pour essayer d’oublier tout cela j’ai demandé à ma maman de m’accompagner le jour de l’accouchement.

 

Quand ma fille est née tous mes doutes se sont dissipés, la vie est devenue belle. Ma fille a mis de la couleur dans ma vie en noir et blanc. J’ai attendu d’avoir mon livret de famille pour annoncer la naissance au géniteur. Celui-ci ne l’a pas reconnu. Il m’a contacté un mois après pour je cite « avoir notre fille tout un week-end ». Je lui ai dit que mon bébé n’était pas un bébé chien et que légalement il n’était personne. Je n’ai plus jamais eu de nouvelles.

 

Être maman de cette petite merveille m’a rendu forte et heureuse. Quelques jours après les 1 an de ma fille je me suis lancée dans un BTS en alternance. Je voulais plus que tout avoir un diplôme, rendre ma fille fière et lui garantir une vie décente. Rien n’a été facile, les galères d’argent (et oui la CAF ne fait pas tout surtout quand on travail. J’ai même dû faire un prêt pour payer l’assistante maternelle aux 3 ans de ma fille pour finir mes études). J’étais épuisée, je ne menais pas la même vie que les gens de mon âge. Mais je ne regrette rien et cela a été de merveilleuses années. Ma fille est merveilleuse et sans elle je n’aurais pas fait le quart de tout ça. Elle est ma force, ma plus grande fierté. Quand on me dit que je suis forte je réponds que moi je ne le suis pas mais ma fille l’est. Être maman solo c’est ça, mais c’est aussi : de l’amour puissance infini, un lien très particulier avec son enfant, faire des choix sans se battre avec le papa, une raison de se battre au quotidien, tous les câlins et bisous rien que pour soi, de la fierté… Je n’ai jamais regretté mes choix et je suis très fière d’avoir eu cette petite fille seule.

 

Ma fille a toujours été au courant de son histoire, je lui ai toujours expliqué avec des mots simples. Je ne voulais absolument pas que cela soit un secret et que ça explose. A sa première rentrée j’ai appuyé cela, car j’avais très peur des questions des autres. Mais quand on lui parlait d’un papa elle répondait naturellement qu’il ne vit pas avec elle et qu’il ne s’occupe pas d’elle. Mes parents sont gagas de ma fille, leur première petite fille et désormais depuis qu’ils ont posé les yeux sur elle, ils tueraient pour son bonheur.

 

Quant à moi, j’ai essayé de rester une femme dans ma vie de maman solo. J’ai eu des histoires mais je n’ai jamais voulu trop m’impliquer ni avoir de projet. D’ailleurs je clamais haut et fort que je n’aurais jamais d’autres enfants, que ma fille serait la seule et l’unique, qu’elle suffisait amplement à mon bonheur. J’avais rencontré un homme lorsque ma fille était bébé mais je n’avais pas voulu vivre quelque chose avec lui. Nous étions resté en contact, il était devenu un ami, un confident.

 

Et pourtant 4 ans après j’ai compris que peut-être lui seul pouvait me faire changer. Cela fait 2 ans aujourd’hui, nous vivons ensemble, ma fille l’appelle papa (elle sait que ce n’est pas lui son papa biologique mais c est lui qui l’aime, s’en occupe et la nourrit). Je ne suis pas facile en couple, j’ai peur de l’abandon et à la fois je cherche le conflit. Mais il est très patient et s’accroche. Professionnellement, moi qui partait sans diplôme sans rien, j’ai aujourd’hui un CDI. Mon BTS obtenu avec d’excellentes notes m’a ouvert des portes. Et ma fille est très fière de sa maman.

 

Après de grosses remises en question, j’ai enfin franchi le cap de me dire que je pouvais revivre une grossesse et avoir un enfant avec quelqu’un. Je suis enceinte de 4 mois et je vis les choses très différemment car il faut partager tout cela avec quelqu’un et accepter le fait qu’il ne nous abandonnera pas.

 

Être maman solo a été la plus belle expérience. Je ne dit pas que cela a été facile, il y a eu des pleurs, des doutes, des choix à faire. Mais je ne regrette pas et l’amour de ma fille efface tous ces moments difficiles. On garde des séquelles de cela, je vis en couple et pourtant je pense toujours comme une maman solo, notamment pour les décisions et pour gérer le budget. Et j’appréhende beaucoup le fait d’avoir un bébé « à deux ». Je conseille aux mamans solo d’être fière, ne baissez pas la tête, n’ayez pas honte, battez vous toujours pour vos petits ! La vie vous réserve des surprises même si parfois on croit que le destin s’acharne sur nous. Tout est possible quand on est porté par l’amour d’un enfant. J’espère de tout cœur que ma fille comprendra tous mes choix, et que j’ai fait tout cela par amour, pour elle, l’amour de ma vie.
Vous êtes (ou avez été) maman solo et souhaitez raconter votre histoire ? N’hésitez pas à m’écrire à : contact@momandm.fr

Vous aimerez aussi

9 commentaires

  1. Très très beau témoignage. Ça donne de l’espoir à to toutes les jeunes mamans solos qui espèrent un jour refaire leur vie. Merci

  2. Wahou ton histoire est belle
    Elle donne bcp d espoire aux mamans solo
    Tu es une femme déterminée !
    C est beau à lire. Ton histoire est tres touchante !
    Félicitations pour ce nouveau petit bébé
    J essai de te demander en amie insta mais il faut t ecrire un petit msg et vu qu on est pas amie je n arrive pas a t ecrire ? (lilyrosedamour#) bisous bisous

  3. Cette histoire m’a vraiment touché je m’en suis reconnue surtout sur l’en moment « meuble IKEA » c’est bête mais j’ai pleuré aussi juste en voyant des meubles bébé… Donc je connais ce quotidien je le vis actuellement tous les jours mais merci pour de témoignage on garde espoir malgré les difficultés

  4. Waouuuu je me reconnais de À à Z …… Merci de redonner foi en l’amour … J ai tellement peur de ne pas y re arriver de ne plus donner de chance à personne par peur de cet abandon que tu décris si bien …. Tu peux être fiere de toi ! Et ta puce sera fière de toi aussi et de tes choix j en suis sure ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *