Lundi 27 mars 2017 : La découverte

En me réveillant ce matin là, j’étais loin de m’imaginer que cette journée allait changer le reste de ma vie.

Certaines femmes font des tests de grossesse avant même un seul jour de retard de règle. Moi j’attends mes règles depuis 5 jours et je ne suis pas du tout stressée. Je n’ai pas eu de rapports dans une période à risque et ne désire pas avoir d’enfants. Je suis malade depuis environ 1 mois et demi. 10 jours avant, j’ai été hospitalisée en urgences. Pendant cette mini hospitalisation, après un bilan sanguin complet on m’avait vérifié les hormones HCG et même inscrit dans mon dossier médical « pas enceinte ». Après cette aventure aux urgences, on me découvre quelques jours plus tard un problème à la thyroïde. En attendant des examens complémentaires, je comprends que mon corps est en train de partir en vrille et fonctionne en vitesse accéléré. Parmi les différentes conséquences, mes cycles vont se dérégler, mes ovulations peuvent se bloquer etc… Bref, je ne m’inquiète donc pas du tout pour ce retard de règle…

Alors que je suis au boulot, je reçois un mail pour m’informer de la réception d’analyses d’urines. Comme mes derniers résultats, les taux ne sont pas dans la norme. Je regarde vite fait la signification sur internet, parmi les différentes causes je lis le mot « grossesse ». Je ne m’attarde pas dessus. Je parle par message avec amie. Elle me conseille de faire un test histoire de rayer cette option de ma liste. Je lui réponds que ça ne sert à rien de dépenser 10euros dans un test alors que c’est impossible que je sois enceinte. Une heure passe… Vers 16h00, je me prends un électrochoc dans ma tête. Je quitte le bureau quelques minutes pour courir à la pharmacie à quelques pas. Je reviens avec deux tests (dixit la fille qui ne voulait pas en acheter un seul une heure avant).

Je suis seule dans les locaux, je vais aux toilettes toujours sans aucun stress. Je déballe l’engin, je fais ce que j’ai à faire. Une deuxième barre apparaît directement sans attendre la minute nécessaire. Je relis le mode d’emploi. C’est positif. Merde alors. Grosse bouffée de chaleur. Le cœur s’accélère à 1000 BPM. Les larmes coulent sans que je comprenne. Impossible, ça doit être un faux positif. Je ne l’ai pas fait le matin comme conseillé par la pharmacienne. En plus je n’ai aucun symptôme à part des douleurs de règles justement. On essaye de se calmer…. On va faire le deuxième test le lendemain MATIN comme cela est bien stipulé dans la notice.

La nuit passe, évidemment je ne dors pas… A 5h00 du matin je ne tiens plus, je vais faire le test. Même verdict que la veille, la barre est même encore plus foncé… C’est quoi ce bordel ?! A 7h30 je fonce au labo, j’avais des nouvelles analyses à faire pour ma thyroïde. Je demande à ce que l’on me rajoute les hormones HCG en plus.

Les résultats arrivent en début d’après-midi. Le verdict est confirmé. Je cherche à comprendre. Comment cela a t-il pu arriver ? Double ovulation ? Je ne vois que cela comme réponse encore à l’heure actuelle car j’avais bien ovulé 1 semaine avant le rapport qui a conduit à la conception.

Je préviens le « géniteur » le soir en quittant du travail. Nous sommes tous les deux en accord sur la situation : cette grossesse doit être arrêtée. Je suis chamboulée et en pleurs, lui prend ça plutôt à la rigolade s’estimant heureux de savoir qu’il est « fertile ». Je me sens incomprise, seule, en détresse totale. J’attends qu’il se propose de venir me soutenir en vain.

Je me couche le soir complètement perdue et seule. Après avoir passée une partie de la nuit à pleurer, je m’endors épuisée par cette situation et le cœur lourd…

La suite : Le Choix de ma Vie

Vous aimerez aussi

2 commentaires

  1. Bjr, j’ai tout lu d’une traite tellement ton histoire ma accroché. Tu as vécu l’une des pires situation mais en te suivant sur insta j’ai l’impression que tu en es sorti plus forte que jamais, même si cette aventure qu’est la grossesse n’est pas terminée. Je suis au même stade que toi,un bb décembre et les désagréments ne sont vraiment pas fragile, mais en plus quand ils sont amplifié par des drames du quotidien c’est pire! Moi aussi j’ai attendu 4 mois avant de l’annoncer à qui que ce soit, seul mon mari et moi étions au courant et je ne regrette pas du tout ce choix. Après j’avais de la compagnie contrairement à toi donc dans ton cas personne ne peut le comprendre a part quelqu’un qui vit la même chose. Quant au géniteur, le cas social c’est lui! Coucher c’est bien mais on connaît les risques quand on est adulte et responsable et on assume! Je préfère pas meterniser sur lui mais si y’a quelque qui doit regretter et qui regrettera c’est bien Lui! Reste forte et vis ta vie et ta grossesse a fond, je crois en Dieu et je pense que tout sa ce n’est pas du hasard et qu’il ta destiné quelque chose de merveilleux avec ta fille. Courage et soutien de ma part. Biz

    1. Bonsoir Raissa,

      Merci pour ton commentaire et ton soutien <3 . Certaines grossesses sont difficiles même si notre compagnon est à nos côtés. J'espère que tu réussis toi aussi à vivre ta grossesse à fond et à profiter !
      Bisous à toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *