Le secret… et la révélation

Avant : Le Choix de ma vie

J’ai donc gardé mon secret avec moi pendant des semaines. Certains trouveront cela horrible. J’ai même honte parfois. Mais si c’était à refaire, je recommencerais. Je devais me protéger. Je voulais passer un premier trimestre au calme, sans stress, sans nouvelle dispute. Je voulais être sûre que tout était normal chez bébé avant d’annoncer la nouvelle. J’étais tellement malade et à bout de forces que ce conflit m’aurait surement achevé. Pendant ces semaines, le géniteur a repris le contact. Sans que je ne sache trop pourquoi. Je peux vous dire aujourd’hui que je n’étais vraiment pas fière de cacher ce lourd secret quand je répondais vaguement à ses message. Mentir à l’homme que l’on aime est l’une des choses les plus horrible à faire.

Une fois les derniers résultats réceptionnés, j’ai décidé de lui annoncer. Lui étant en voyage à l’autre bout du continent, je lui ai envoyé un long mail résumant les dernières semaines que j’avais vécue, lui reprécisant que je n’attendais rien de lui. Je savais pertinemment qu’il ne voulait pas de ce bébé et je ne voulais rien lui imposer. A la fin de cet e-mail, je lui ai tout de même précisé que si jamais il changeait d’avis, dans les semaines, mois et même années à venir, je ne l’empêcherai jamais de rencontrer son enfant.

Il n’a pas lu le mail tout de suite… Et finalement quand il l’a fait et comme je m’y attendais, sa réaction a été très violente. Insultes, menaces, chantage affectif, avortement tardif à l’étranger en échange d’argent… Je me suis retrouvée tétanisée enfermée à double tour dans ma chambre à 3h du matin avec une bombe lacrymogène sur ma table de nuit et le lendemain matin avec un ami policier à étudier les recours auxquels j’avais droit pour assurer ma protection. Les derniers messages échangés étaient clairs : lui ou l’enfant. Perdre définitivement l’homme que j’aimais ou ma chair et mon sang. « Si tu m’aimes vraiment avorte ! Tu n’es pas vraiment amoureuse…. Quand on aime quelqu’un on fait tout pour lui ».

Depuis tous les contacts ont cessé. Vivre un chagrin d’amour pendant une grossesse, je ne l’aurais jamais crû. Il y a des jours ou ça va, il y en a d’autres où tout va mal… L’entourage ne comprend pas forcement mes ressentis. « Pourquoi tu te prends la tête pour lui après tout ce qu’il t’a fait subir ? », « Pourquoi pleurer pour quelqu’un qui t’a rendu malheureuse ? », « Ouvre les yeux sur lui », « C’est probablement mieux comme ça, avec ce comportement il n’aurait jamais été un bon père pour ta fille »…. Parfois je me dis qu’ils ont raison, parfois je me dis que l’amour paternel lui apporterait sûrement une stabilité qu’il semble rechercher mais qu’il fuit en même temps.

Les moments les plus difficiles sont en soirée. Quand je me couche seule et que je sens ma fille bouger. J’aimerais qu’il soit là, à mes côtés. Qu’il l’a sente lui aussi, et qu’il soit autant rempli d’amour pour elle que je le suis. Malheureusement, de son côté il ne s’agit que « de sperme dans un vagin ». J’ai bien essayé de le détester pour avancer, mais impossible. J’ai donc entamé une sorte de deuil amoureux et il faut maintenant laisser le temps faire les choses. Je me dois d’avancer et d’être forte pour ma fille.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *