Je n’aime pas être enceinte, et alors ?

je n'aime pas etre enceinte

Sujet légèrement délicat aujourd’hui voir tabou pour certaines mais je tenais à l’aborder. Je n’aime pas être enceinte et je l’assume. Quelques filles sont venues me parler en privé pour m’expliquer qu’elles avaient les mêmes ressentis mais qu’elle n’osaient pas en parler. Pourtant nous sommes beaucoup à être dans ce cas, mais le plus souvent terrées dans le silence ! Pourquoi ce sujet est t-il autant tabou chez les futures mamans ?

Les seules fois où j’avais pensé à la grossesse avant d’être enceinte, je m’imaginais vivre 9 mois dans un épanouissement total. Pratiquer toutes les activités prénatales possibles, aquagym, yoga…. Préparer l’arrivé de bébé avec un conjoint présent à mes côtés, vivre tout cela sans stress et sans restreintes. La vie a finalement décidé que cela se passerait autrement et à l’heure actuelle voici mes principaux sentiments vis à vis de cette grossesse.

La surmédicalisation et ses angoisses 
Nous avons beaucoup de chances de pouvoir bénéficier de suivis et d’examens à la pointe de la technologie. Personnellement et sûrement à cause de mes antécédents, le moindre rendez-vous médical, la moindre attente d’un résultat est devenue une véritable source d’angoisse. Les visites à répétition au laboratoire (1 fois par semaine au premier trimestre pour ma part), les messages des médecins sur mon répondeur me demandant de rappeler le plus rapidement possible ont accentué mes craintes et m’ont encore plus fatigué. Je me sentirai juste tellement plus rassurée lorsque j’aurais ma fille avec moi en pouvant l’observer directement.

Je n’existe plus 
Dans un sens, tout le monde est à nos petits soins. Dans l’autre on se sent carrément délaissé. Toutes les questions que l’on nous pose tourne autour de bébé. Son sexe, son prénom, le futur mode de garde. Est-ce que l’on compte l’allaiter ? Est-ce que l’on va pratiquer le co-dodo ? Et bien d’autres interrogations sur ce petit être à venir. Mais au final, peu sont ceux qui demandent comment se sent au fond la future maman. Comment vivons nous intérieurement l’arrivée de ce bébé ? Comment nous sentons nous en tant que femme tout simplement et non en tant que future mère ? La société, les films, les séries, les publicités ont crée cette image de la femme enceinte parfaite et complètement épanouie. Automatiquement, la plupart des gens assimilent cette image surfaite de la maternité à la réalité… (Je sais que certaines personnes prendront ce point pour de l’égoïsme dur et pur mais cela n’est pas le cas !)

Mon corps ne m’appartient plus 
Je me vois comme un « incubateur » et j’ai beaucoup de mal à l’accepter. Je n’ai aucun contrôle sur mon corps. La douleur l’emporte toujours. La fatigue l’emporte toujours. Ma grossesse est assez difficile et je vis très mal le fait d’être constamment au repos. La moindre petite sortie comme simplement faire ses courses est en enfer. Si je ne me mets pas à boiter comme un canard, je fais un malaise…. Et j’ai beau me dire « C’est dans ta tête, résiste ! », rien n’y fait ! Je sais que certaines femmes ont du mal à accepter les changements physiques de leur corps, personnellement j’ai assez de chance de côté là. Je ne suis pas touchée par ce mal-être.

Les symptômes physiques 
Nausées, vomissements, hyperemesis gravidarum, malaises à répétition, migraines, fatigue extrême, insomnies, sciatique, douleurs pelviennes…. Aujourd’hui, à 28SA, j’ai dû avoir ce fameux regain d’énergie où je me sentais bien pendant à peine 2 semaines et demi… Et je sais par avance que le dernier trimestre est l’un des plus compliqué…


Voici quelques astuces pour vous libérer un peu l’esprit : 

Ecrire : Personnellement cela me fait beaucoup de bien d’écrire et de poser des mots sur mes ressentis. Je possède un petit carnet ou je me confie sur différents sujets depuis le début de ma grossesse. Une sorte de journal intime.

Méditer : J’ai commencé à pratiquer la méditation en janvier bien avant le début de ma grossesse. Maintenant cela m’aide beaucoup pour me relaxer et oublier ce qu’il se passe dans mon corps physique quelques instants. Pour les débutants, je vous conseille les méditations guidées qui vont aideront à ne pas perdre le fil. Il y’en a une centaine juste ici 🙂

Communiquez avec bébé :  Pour ma part impossible de parler à mon ventre, je n’y arrive pas. Par contre nous avons nos petits moments d’échanges d’une autre manière ! Je lui fais écouter de la musique, et surtout je donne des petites pressions sur mon ventre. Et ma fille me redonne un coup dans les secondes suivantes ! Lorsque le moral est au plus bas cela fait beaucoup de bien !

Déculpabilisez : Vous n’êtes pas la seule à ne pas aimer la grossesse ! Recherchez des témoignages, parlez avec d’autres femmes dans votre cas. Ne vous morfondez pas, vous êtes tout à fait normale 🙂

Consultez un professionnel : Si cela ne va vraiment pas et que vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à consulter un professionnel. Il n y a aucune honte à avoir ! Renseignez-vous auprès de votre maternité, certaines ont des psychologues dédiés aux futures mamans dans leur service.


Attention ! Beaucoup de personnes font l’amalgame entre « aimer la grossesse » et « aimer son enfant ». Ce sont deux choses complètement différentes et à part ! Précisons également que le fait de ne pas aimer sa grossesse n’a aucun impact sur le fœtus comme l’ont déjà informé les professionnels.

Je termine cet article par un beau débat sur le sujet dans l’émission « La Maison des Maternelle ». N’hésitez pas à partager vos expériences ici.

Vous aimerez aussi

8 commentaires

  1. J’ai eu 4 enfants plus que désirés et à l’exception de la première j’ai considéré mes 3 autres grossesses comme des « inconvénients ».
    Je HAIS l’état de grossesse 😉
    Y en a un que ça arrange puisqu’il sait que c’est LA raison pour laquelle il n’y aura pas de n°5.
    Bon courage ♡

    1. Bonjour GToch,

      D’un point de vue médical il y a de fortes chances que ce soit ma seule et unique grossesse (à moins que je passe par la PMA), mais une chose est sûre, même si je refais ma vie dans plusieurs années, je n’ai pas du tout envie de revivre ça !

      Tu as été plus que courageuse d’en faire 4 🙂

  2. J’ai deux adorables petits garçons mais j’ai détesté être enceinte. J’ai du connaître tous les désagréments de la grossesse : nausées, vomissements, chutes de tension, allergies, mal de dos, tête en vrac…un véritable parcours du combattant. J’allais à mes (innombrables) rdv médicaux à reculons et les vivaient comme des corvées…presque des atteintes à mon corps. Heureusement que tout ceci est derrière moi !

  3. Coucou 🙂 Je pense que l’on a toutes une manière très personnelle de vivre une grossesse il y a plein de facteurs qui peuvent faire que l’on se sente bien enceinte ou non (parcours personnel, difficultés pour avoir bébé, difficultés pendant la grossesse…). Pour ma part je suis sur mes derniers jours de grossesse et j’avoue l’avoir très bien vécue, je me suis sentie épanouie et relativement en forme bien que stressée les 1ères semaines car il nous aura fallu 3 ans et demi pour que ce petit miracle s’accroche à la vie (merci la PMA…). Bon courage pour la fin de ta grossesse! bises

    1. Bonjiur Fibiel,

      Comme tu l’as si bien écrit, nous avons toute une manière très personnelle de vivre la grossesse.
      C’est pour cela que je trouve important de ne pas juger celles qui le vivent « mal ».

      Félicitations pour ton petit bout après ce parcours en PMA difficile !

      Bisous 🙂

      Manon

  4. Ça fait tellement du bien de lire quelqu’un d’autre qui n’aime pas être enceinte. Ce que je n’aime pas, c’est l’état de fatigue constant. Je suis plutôt quelqu’un de dynamique, mais depuis que je suis enceinte, une vraie marmotte. Et tous les symptômes comme les nausées, les vomissements, les malaises… Et les inquiétudes pour savoir si bébé va bien, surtout avant que je la sente bouger. C’est la seule chose que j’aime dans le fait d’être enceinte: les petits coups de bébé. J’adore ça.
    Merci à toi de nous déculpabiliser. Bon courage pour la suite!

    1. Bonjour Charlotte,

      Merci pour ton commentaire, je sais le bien que cela peut faire quand on voit que nous ne sommes pas seule dans ce cas là. Je me reconnais beaucoup dans ton ressentis, je suis une véritable marmotte moi aussi !
      Bon courage à toi aussi pour la suite, on a le plus beau des cadeaux à la fin c’est ce qui nous fait tenir 🙂

      Manon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *