J-100 avant le terme de ma grossesse, mes ressentis

shooting grossesse

Me voila à J-100 avant la date du terme de ma grossesse. C’est assez bizarre de se dire que l’on est à moins de 100 jours de notre grande rencontre avec bébé. Un mélange d’excitation, d’impatience, de peur, de pression….

Côté grossesse : Extrêmement fière du chemin parcouru jusqu’ici. Malgré les soucis de santé, les semaines alitées, les visites en urgences chez différents médecins, les heures à vomir jusqu’au sang…. Sentir bébé bouger redonne une force inépuisable lorsque l’on se sent au bout du rouleau. Je n’ai pas honte de dire que je fais partie des ces femmes qui n’apprécient pas la grossesse. J’ai l’impression que c’est tabou, certaines filles m’ont dit qu’elles n’osaient pas exprimer le fait qu’elles n’aimaient pas être enceinte (je pense d’ailleurs faire un article sur ce sujet).
Je n’ai pas d’angoisses particulières sur l’accouchement, pour l’instant je suis encore dans l’inconnue sur le fait de pouvoir accoucher naturellement ou pas (à voir selon les radios du bassin que je dois passer au 8eme mois et l’évolution de la grossesse). J’espère pouvoir repasser en suivi normal le mois prochain et quitter le service à risques.
Côté bébé, tout a l’air de bien aller pour elle. Elle est assez active, surtout la nuit. J’ai un peu de mal contrairement à d’autres mamans à tisser un lien « in utero ». Je n’arrive pas par exemple à parler à mon ventre. Par contre nous avons notre petit jeu ou je fais quelques pressions sur mon ventre avec mes doigts et Mademoiselle me redonne un coup dans les secondes suivantes. Je lui fais écouter beaucoup de musique et je peux déjà vous dire que les coups affluent dès que je mets du Lenny Kravitz (ça promet !) ou du Julien Doré ! J’ai hâte de la voir et de la serrer contre moi, je me sens complètement prête à l’accueillir et à la combler d’amour.

L’équipe médicale : J’ai énormément de chance d’avoir une équipe médicale qui est attentive à mes moindres besoins et toujours à mon écoute. Que ce soit mes deux gynécologues, mon médecin traitant, la secrétaire et l’infirmière du laboratoire d’analyses (qui me connaissent bien maintenant avec mes passages toutes les semaines jusqu’au 20SA) ou la sage-femme qui s’est occupée de moi avant que je passe au service « grossesses à risque ». Ils prennent tous le temps à chaque visite de vérifier que tout va bien chez bébé et chez moi, de me laisser m’exprimer sur mes inquiétudes, mes doutes. Ils se souviennent même des prénoms pour bébé que j’avais dans ma liste de départ ! Mes deux gynécologues m’ont même donné leurs adresses mails pour pouvoir les contacter à tout moment.

L’entourage : La grossesse m’a permis de faire un bon tri dans mon entourage. Basta les personnes négatives, qui ne pensent qu’à leurs petites personnes et qui ne te contactent que lorsqu’ils sont dans le besoin. Ma maman est devenue un véritable pilier alors que notre relation était très conflictuelle depuis des années. J’ai des amis formidables qui sont à mes petits soins et qui gâtent déjà (trop pour certains hein !) ma fille.

Les copines du net : Whoua ! Quel magnifique soutien j’ai trouvé parmi certaines mamans (solos ou pas). Je ne pensais pas que créer un compte instagram pour raconter mes maux de grossesse allait prendre une telle ampleur. J’ai trouvé un véritable réconfort auprès de certaines filles. Merci les nanas ! Plusieurs filles m’ont contacté à la suite de la publication de mon histoire sur ce blog, pour partager leurs histoires, parler de nos doutes, de nos ressentis. N’hésitez pas à venir me parler, je suis toujours disponible pour échanger, conseiller si je le peux et échanger nos astuces.

Le géniteur : Mon ressenti face au géniteur s’améliore de jour en jour. Même si il y a encore des rechutes, l’amour s’efface peu à peu, le cœur panse ses plaies. Tout cela laisse place parfois à la haine, la colère. Une profonde envie de le voir souffrir. Parfois juste de l’indifférence. Je crois qu’un de mes seuls regrets restera de ne pas lui avoir dit à l’époque où tout allait bien à quel point je tenais à lui et que c’est sans doute l’homme que j’ai le plus aimé jusqu’à présent. Comme m’a écrit ma maman par message « Il n’a aucun sentiments, ni pour toi, ni pour la petite, ni pour son entourage. Il n’aime que lui« . Je crois profondément au Karma et je sais que tôt ou tard la vie lui rendra la monnaie de sa pièce à sa juste valeur. A l’heure actuelle je n’ai plus aucun espoir sur le fait qu’il puisse vouloir voir sa fille et faire partie un minimum de sa vie. Que ce soit avant ou après sa naissance. En attendant je respire de pouvoir vivre ma grossesse sans menaces et sans poids.

shooting grossesse

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *