Comment un microkiné a apaisé mon bébé

microkine bebe

Au début de sa vie, Mila était un bébé très calme. Elle dormait beaucoup. Vers ses 3 semaines, elle a subit les fameuses coliques du nourrisson. Une consultation d’ostéopathe et des probiotiques, le problème était réglé. Peu après ses 1 mois, des remontées acides ont fait leurs apparitions. Cassure dans la courbe de poids, hurlements toute la journée et toute la nuit. Pas de siestes. J’ai plusieurs fois retrouvé ma fille en train de s’étouffer et j’ai même dû pratiquer une fois le geste d’urgence pour lui dégager les voies respiratoires. Bref, le diagnostic est tombé. Mila avait un RGO interne. Nous avons essayé différents traitements. Gaviscon, Polysane, j’ai essayé de tirer mon lait et de l’épaissir. Rien ne fait effet. Mila est épuisée, cumule le manque de sommeil et moi aussi. Elle ne supporte pas d’être allongée. Je la porte à la verticale toute la journée, la nuit je dois l’endormir à la verticale également. Elle se réveille sans cesse à cause de la douleur… En résumé, une journée commence à 7h00, 45 minutes de sieste le matin, 45 autres l’après-midi et un endormissement le soir pas avant 00h / 1h du matin.

Mila devient un bébé très nerveuse, avec une demande d’attention constante. Ses jouets d’éveils ne l’intéresse pas. Elle doit être constamment en mouvement et voir autour d’elle. Elle pleure dès qu’elle n’est plus dans mes bras. Les mots de l’ostéopathe et du pédiatre se rejoignent « Ce bébé a peur d’être abandonné ».

Depuis plusieurs mois, dans mes fonds de tiroirs, un prospectus sur un microkiné traîne parmi d’autres papiers. Une amie en avait consulté un et avait vu d’énormes changements sur elle. Je comptais y aller pour moi mais ne me sentant pas prête à entendre certaines paroles je repoussais sans cesse la prise de rendez-vous. Et puis un jour une instagramette poste une story, elle avait emmené sa fille RGO voir ce même microkiné. Belle coïncidence. Je décide donc de tenter l’aventure avec Mila. On a tout essayé, je n’ai rien à perdre. Au pire cela ne peut pas lui faire de mal.

Qu’est ce qu’un microkiné ?

Un microkiné est avant tout un professionnel de santé détenant un diplôme d’état. Le plus souvent il sera masseur-kinésithérapeute de base mais cela arrive également qu’il soit médecin.

Qu’est ce que la microkinésithérapie ?

« Parce qu’elle est fondée sur un principe naturel et élémentaire : aider le corps à évacuer tous les traumatismes passés ou présents qu’il garde en mémoire et qui l’empêchent de bien fonctionner, un peu comme des grains de sable dans une mécanique.

Au quotidien, votre corps doit lutter contre des agressions de toutes natures et de différentes intensités, provenant de l’extérieur (microbes, toxines, chocs physiques ou émotionnels) ou de l’intérieur (faiblesse d’un organe, fatigue, problèmes existentiels). Le plus souvent, votre organisme s’auto-corrige en silence sans même que vous vous en aperceviez. Cependant, si les atteintes ne sont pas identifiées, pas reconnues ou trop fortes, le corps ne peut réagir assez efficacement : l’agression laisse une sorte de « cicatrice » dans les tissus, une mémoire de l’événement. Malgré cette trace, vous aurez l’impression d’être guéri. Pourtant, l’accumulation de ces mémoires va faire qu’un jour, une douleur apparaîtra, une maladie peut se développer, et le corps, trop affaibli, ne pourra plus lutter. Alors apparaissent les douleurs et maladies chroniques.

La microkinésithérapie va vous aider à éliminer naturellement ces mémoires qui affaiblissent votre organisme. Libéré de ces entraves, votre corps va alors pouvoir retrouver les capacités qu’il avait perdues, parfois même depuis des années. »

Extrait de ACDM.fr

Comment s’est déroulée la séance ?

Je suis arrivée dans la salle d’attente avec une boule au ventre. Je redoutais les paroles et les traumatismes que le microkiné allait trouver bien que je les connaissais très bien au fond de moi. Le gentil monsieur me fait rentrer dans la salle, je commence à sortir Mila du cosy mais il me dit de la laisser dormir comme ça sans la déshabiller. Pour le coup je reste perplexe, je pensais qu’il fallait qu’elle soit en body ou en couche… Il compte faire quoi au juste avec un bébé dans un cosy habillé d’un gros manteau et d’un bonnet ?
Le microkiné me demande pourquoi je viens consulter. Je décide délibérément de ne pas trop m’étaler « Elle a beaucoup de reflux, ne dort pas et est très nerveuse ». Il s;’assoit à coté de la poussette « Bonjour Mila, je vais regarder et essayer de trouver ce que ton corps a pu vivre comme traumatisme depuis le début de ta vie et on va régler tout ça ! ». Il pose alors un doigt sur son crâne et un autre sur son bras…
« Il y a une très grande sensibilité et beaucoup d’empathie en elle. C’est une petite fille extrêmement sensible. C’est héréditaire du coté de la mère ». Je l’approuve. C’est vrai que derrière ma carapace je suis d’une grande sensibilité. Il l’osculte de nouveau et s’arrête net. « Qu’est ce qu’il s’est passé pendant la grossesse ? Je vois plusieurs traumatismes in utero causés par des chocs émotionnels de la mère ». Là c’est carrément la douche froide même si je m’y attendais…
Le microkiné a donc trouvé et daté des traumatismes pendant ma grossesse. Evidemment ceux-ci correspondent aux moments de tensions avec le géniteur de Mila. Il a réussi à identifier les semaines exactes de ces événements sans que je ne lui précise. Il a également vu ma peur de la perdre tout au long de ces 9 mois.  En résumé Mila a tout ressenti, ma peur, ma colère, ma peine… Elle est née d’après lui avec un « trop plein », une surcharge émotionnelle. D’où sa grande nervosité et ses nombreux pleurs. Ce professionnel a également remarqué d’autres événements qui ont stressé Mila. Vaccins du deuxième mois, retour de la maternité, repas de Noël et du nouvel an…
Ma fille a dormi pendant quasiment toute la séance. Elle s’est juste réveillée quelques minutes pour pleurer mais elle est retombée dans le sommeil quelques instants plus tard. Après une bonne quinzaine de minutes, le microkiné m’indique que son travail est terminé. Il me conseille de la faire boire autant que possible pendant les prochaines 48h et d’être au repos total, dans une ambiance zen. Il me prévient que cela pourra être difficile quelques jours car l’organisme va évacuer les traumatismes. Pendant ce processus certaines personnes ont l’impression de revivre les événements traumatisants.

L’après séance et les effets

En effet pendant les deux jours suivants Mila était un peu sonnée. Elle a énormément dormi. Le soir même, elle m’a fait une nuit de 12h ! Petit à petit ses régurgitations et ses reflux ont commencé à disparaître. Elle qui faisait 5 à 8 selles par jours, explosives, vertes et glaireuses son transit est désormais complètement régulé. En 2 semaines son poids a augmenté de 450 grammes. Ce qu’elle prenait avant en un mois ! Mes proches l’ont trouvé plus apaisée au niveau de son visage et de son comportement.
Mila fait désormais 3 siestes par jour ! Une première le matin d’environ 2h30/3h, une seconde en début d’après-midi qui dure en général 45 minutes et une dernière de 2h en fin d’après-midi. Pas mal pour un bébé qui ne dormait pas avant ! Elle joue maintenant sur son coin éveil seule, sans pleurer. Je peux prendre ma douche et me maquilleur le matin sans la prendre avec moi dans la salle de bain et la mettre dans sa balancelle pour éviter les pleurs. Elle n’éclate plus en sanglots dès qu’elle n’est plus dans mes bras.
Elle ne fait pas encore ses nuits mais nous sommes sur la bonne voie. Elle n’hurle plus jusque 3h du matin et ne s’endort plus d’épuisement.

Chez nous cette séance a été une véritable réussite. Nous baignons désormais dans une ambiance zen à la maison. Pour en avoir parlé à mes sages-femmes pendant mes séances de rééducation, elles m’ont confirmé avoir eu beaucoup de retours positifs d’autres mamans sur cette méthode. Je compte également faire quelques séances pour moi même dans un avenir proche.

La séance m’a coûté 45EUR. Ce n’est pas remboursé par la sécurité sociale mais certaines mutuelles prennent en charge cette pratique.

Pour plus de renseignements je vous invite à visiter ce site microkinesitherapie.fr

Vous aimerez aussi

4 commentaires

  1. Ton article m’a tellement émue.
    Je ne suis pas encore maman, je suis en tout cas partie pour le devenir d’ici quelques mois.
    Je redoute tellement le RGO du bébé (oui déjà !), je redoute d’avoir un bébé inconsolable, mal en soi.
    Je suis une personne hyper anxieuse et en plus de cela je suis dans le doute toujours et encore. Comme toi, je vis dans l’angoisse de perdre cet être qui grandit en moi.
    En tout cas je garde en tête cette médecine là que je ne connaissais pas du tout…
    Merci pour la découverte, merci pour ce récit plein d’amour, de tendresse mais aussi qui montre qu’on peut être fatigué.e.s par tout ce qu’endure et peut nous faire endurer un bébé.

    En tout cas plein de bonheur et de belles choses pour l’avenir !

    xoxo.

    1. Coucou, Comme Toi j’ai redouté toute la grossesse d’avoir un Bebe RGO… oui j’y pensais deja Aussi ! Il faut essayer de rester zen le plus possible mais pas évident quand on devient maman !

      Merci pour ton commentaire Et belle grossesse à Toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *