J-100 avant le terme de ma grossesse, mes ressentis

shooting grossesse

Me voila à J-100 avant la date du terme de ma grossesse. C’est assez bizarre de se dire que l’on est à moins de 100 jours de notre grande rencontre avec bébé. Un mélange d’excitation, d’impatience, de peur, de pression….

Côté grossesse : Extrêmement fière du chemin parcouru jusqu’ici. Malgré les soucis de santé, les semaines alitées, les visites en urgences chez différents médecins, les heures à vomir jusqu’au sang…. Sentir bébé bouger redonne une force inépuisable lorsque l’on se sent au bout du rouleau. Je n’ai pas honte de dire que je fais partie des ces femmes qui n’apprécient pas la grossesse. J’ai l’impression que c’est tabou, certaines filles m’ont dit qu’elles n’osaient pas exprimer le fait qu’elles n’aimaient pas être enceinte (je pense d’ailleurs faire un article sur ce sujet).
Je n’ai pas d’angoisses particulières sur l’accouchement, pour l’instant je suis encore dans l’inconnue sur le fait de pouvoir accoucher naturellement ou pas (à voir selon les radios du bassin que je dois passer au 8eme mois et l’évolution de la grossesse). J’espère pouvoir repasser en suivi normal le mois prochain et quitter le service à risques.
Côté bébé, tout a l’air de bien aller pour elle. Elle est assez active, surtout la nuit. J’ai un peu de mal contrairement à d’autres mamans à tisser un lien « in utero ». Je n’arrive pas par exemple à parler à mon ventre. Par contre nous avons notre petit jeu ou je fais quelques pressions sur mon ventre avec mes doigts et Mademoiselle me redonne un coup dans les secondes suivantes. Je lui fais écouter beaucoup de musique et je peux déjà vous dire que les coups affluent dès que je mets du Lenny Kravitz (ça promet !) ou du Julien Doré ! J’ai hâte de la voir et de la serrer contre moi, je me sens complètement prête à l’accueillir et à la combler d’amour.

L’équipe médicale : J’ai énormément de chance d’avoir une équipe médicale qui est attentive à mes moindres besoins et toujours à mon écoute. Que ce soit mes deux gynécologues, mon médecin traitant, la secrétaire et l’infirmière du laboratoire d’analyses (qui me connaissent bien maintenant avec mes passages toutes les semaines jusqu’au 20SA) ou la sage-femme qui s’est occupée de moi avant que je passe au service « grossesses à risque ». Ils prennent tous le temps à chaque visite de vérifier que tout va bien chez bébé et chez moi, de me laisser m’exprimer sur mes inquiétudes, mes doutes. Ils se souviennent même des prénoms pour bébé que j’avais dans ma liste de départ ! Mes deux gynécologues m’ont même donné leurs adresses mails pour pouvoir les contacter à tout moment.

L’entourage : La grossesse m’a permis de faire un bon tri dans mon entourage. Basta les personnes négatives, qui ne pensent qu’à leurs petites personnes et qui ne te contactent que lorsqu’ils sont dans le besoin. Ma maman est devenue un véritable pilier alors que notre relation était très conflictuelle depuis des années. J’ai des amis formidables qui sont à mes petits soins et qui gâtent déjà (trop pour certains hein !) ma fille.

Les copines du net : Whoua ! Quel magnifique soutien j’ai trouvé parmi certaines mamans (solos ou pas). Je ne pensais pas que créer un compte instagram pour raconter mes maux de grossesse allait prendre une telle ampleur. J’ai trouvé un véritable réconfort auprès de certaines filles. Merci les nanas ! Plusieurs filles m’ont contacté à la suite de la publication de mon histoire sur ce blog, pour partager leurs histoires, parler de nos doutes, de nos ressentis. N’hésitez pas à venir me parler, je suis toujours disponible pour échanger, conseiller si je le peux et échanger nos astuces.

Le géniteur : Mon ressenti face au géniteur s’améliore de jour en jour. Même si il y a encore des rechutes, l’amour s’efface peu à peu, le cœur panse ses plaies. Tout cela laisse place parfois à la haine, la colère. Une profonde envie de le voir souffrir. Parfois juste de l’indifférence. Je crois qu’un de mes seuls regrets restera de ne pas lui avoir dit à l’époque où tout allait bien à quel point je tenais à lui et que c’est sans doute l’homme que j’ai le plus aimé jusqu’à présent. Comme m’a écrit ma maman par message « Il n’a aucun sentiments, ni pour toi, ni pour la petite, ni pour son entourage. Il n’aime que lui« . Je crois profondément au Karma et je sais que tôt ou tard la vie lui rendra la monnaie de sa pièce à sa juste valeur. A l’heure actuelle je n’ai plus aucun espoir sur le fait qu’il puisse vouloir voir sa fille et faire partie un minimum de sa vie. Que ce soit avant ou après sa naissance. En attendant je respire de pouvoir vivre ma grossesse sans menaces et sans poids.

shooting grossesse

Continue Reading

S’équiper pour bébé à moindre prix

achats bebe

Le plaisir de ma première visite dans un magasin bébé fut vite gâché par ma découverte de prix rocambolesques. Nous n’avons pas tous un budget illimité et personnellement je ne vois pas l’intérêt de mettre des sommes astronomiques dans certains objets qui ne serviront que quelques semaines ou des vêtements qui seront recouverts de régurgitation ou autre… Je me suis donc vite mise à la recherche de bons plans, je vous les partage ici.

 


Les Ventes Privées 

De très bonne affaires sur des fins de collection ou autre. Surtout en matériel de puériculture. J’ai par exemple acheté une balancelle à 55EUR au lieu de 149 et un tapis d’éveil à 25EUR au lieu de 55. Il faut juste être patient avec les délais de livraison qui sont de 3 à 4 semaines.

De nouvelles ventes bébés plusieurs fois par semaine sur de très bonne marques (Les chambres Sauthon par exemple).  Mon code parrainage : MANaek8eIls font régulièrement des ventes très intéressantes sur les couches écologiques Love & Green. Intéressant également pour la partie décoration de la chambre de bébé. Attention, les stocks sont vite épuisés quand il s’agit des grandes marques, il faut donc être prêt quand une vente qui vous intéresse s’ouvre.

 

ventes privées bebe boutik

Un site de ventes privées spécialisé pour les bébés et les enfants. J’avoue ne pas avoir le réflexe d’y aller tous les jours car ils n’ont pas d’applications contrairement à showroomprivé et Ventes Privées. Mais les prix ont l’air intéressant pour certaines offres ! 

 


Les enseignes à petit prix

vetement bébé pas cher

Pour tout ce qui est vêtement, je suis accro aux enseignes à petits prix ! Parmi mes préférés : Kiabi, La Halle, Gemo, Primark, HEMA ou encore Zeeman où le prix des body 100% coton est super attractif ! J’aime beaucoup La Redoute qui fait régulièrement de grosses remises sur ses collections. Petite astuce au moment de valider votre commande, recherchez toujours si un code promo existe ! En général il y en a toujours un qui vous fera gagner quelques euros :).

Pour les objets de puériculture, vous pouvez trouver des choses sympas à petits prix en grandes surfaces ou dans les grandes enseignes. Par exemple une baignoire bébé ne coûte que 6EUR chez Ikea !

 


L’occasion et la recup’

Soyons honnête, les bébés surtout au début mettent très peu les vêtements tellement ils grandissent vite. Certaines pièces ne sont utilisées qu’une ou deux fois et sont en état quasi neufs. L’occasion est un bon compromis. Vous pourrez trouver des lots de vêtements près de chez vous sur Le Bon Coin ou encore sur Vinted. Beaucoup de mamans créent également des vides dressings pour bébé sur Instagram !

Si quelqu’un dans votre entourage a récemment eu un bébé, n’hésitez pas à demander si des choses peuvent être récupérées. Pour ma part une amie m’a donné le matelas Bibed (une belle économie) ainsi qu’un carton de body et pyjamas.

 


Igraal

bon plan igraal

Connaissez vous le principe des cashback ? Vous faites vos achats sur le web normalement, vous activez votre compte Igraal et vous récupérez par la suite une somme d’argent selon un pourcentage sur votre commande (en général 2% à 7%). Si comme moi vous ne faites vos achats que sur le web, les petites sommes peuvent vite s’accumuler et vous aurez par la suite une petite tirelire. Énormément de sites marchands sont partenaires avec Igraal, alors n’hésitez pas ! Vous avez également accès à une partie code promo et des coupons réductions à imprimer pour vos courses quotidiennes.

 

N’hésitez pas à partager vos bons plans et astuces en commentaires 🙂

Continue Reading

Le Premier Trimestre : l’enfer sur Terre

On m’avait dit que le premier trimestre était le plus difficile. Mais je n’étais pas du tout préparée à ce que j’ai pu vivre.

Le premier symptôme auquel j’ai fait face a été une fatigue intense. Je dormais littéralement tout le temps. Moi qui d’habitude avait toujours eu du mal à m’endormir le soir, je tombais comme une loque à 21h30 pour me réveiller le lendemain à 9h00.  Je devais ensuite refaire une sieste de 10h30 à 11h45. L’après-midi, je retombais dans les bras de Morphée de 13h30 à 16h00… Je pouvais lutter tant bien que mal pour rester éveillée, c’était impossible. Dans mon « malheur » avec mes problèmes de thyroïde (qui n’arrangeait pas les choses non plus), mon médecin m’avait prescrit un arrêt maladie.  Mais cette fatigue, avec le recul, n’était rien comparé à ce qui m’attendait pour la suite….

J’ai ressenti mes premières nausées vers les 7SA. Rien de bien méchant au début… Et puis, plus les jours ont passé, plus elles s’intensifiaient. Rapidement, j’ai remarqué que le sucré parvenait à les atténuer. Une fraise tagada par ci, un dragibus par là et c’était terminé pour environ 1h00.

Vers les 9SA, j’ai repris le boulot, pour une semaine avant mes congés. C’est à ce moment là que le véritable enfer a commencé. Les vomissements ont fait leur apparition. Une fois au moment du réveil d’abord. Puis une autre fois dans la matinée. Puis une autre fois dans l’après-midi.  Je me retrouve en vacances, j’annule mes projets, impossible de bouger de chez moi. Je vomis à longueur de journée. Ma gynéco me prescrit un anti vomitif. Aucun effet. On essaye l’homéopathie. Aucun effet. Je commence à perdre du poids. Elle me propose une première fois l’hospitalisation. Je refuse.

J’essaye de retourner travailler après mes vacances. J’ai tenu deux jours. Je devais conduire avec un sac plastique sur le siège passager et m’arrêter plusieurs fois pour vomir dedans. Je commence même à vomir la nuit en plus de la journée. Ma gynéco décide de m’arrêter et me propose une nouvelle fois un séjour à l’hôpital que je refuse de nouveau.

Je suis exténuée, les seules choses que j’arrive à garder sont des biscottes et des nouilles chinoises. Je vomis jour et nuit, dans les toilettes, dans mon seau à coté de mon lit et même quelques fois par terre chez moi… Je n’ai plus aucune force, je fais des malaises dès que je suis debout plus de 5 minutes. Je commence à avoir des migraines insupportables. Je passe mes journées dans mon lit, dans le noir complet sans aucun bruit. Mes vomissements et mes spasmes me déclenchent des crises d’asthme. Comme je n’ai quasiment rien à rejeter, je vomis de la bile acide et de la mousse blanche. Je me retrouve plusieurs fois en pleine nuit assise dans mes toilettes en train de pleurer et à me demander si j’ai vraiment bien fait de continuer cette grossesse. Et je culpabilise quelques secondes plus tard d’avoir des pensées comme ça.

Une des choses les plus difficile en plus du fait d’être autant malade est sans doute la réaction de l’entourage. Personne (sauf quelques exceptions) ne comprend. On te sort « bah oui c’est normal d’avoir des nausées quand on est enceinte » des « tu es sûre que c’est pas dans ta tête ? » ou encore des « Tu n’exagères pas un peu ? ». Evidemment, ça m’amuse tellement d’être au lit toute la journée et de vomir mes tripes.  J’ai également eu le droit au « Oh ça va c’est que les trois premiers mois », chose qui s’est avérée fausse pour moi étant donné que ma situation s’est améliorée seulement vers les 19SA.

Vomir m’a tellement traumatisé que les autres tracas du premier trimestre sont devenus insignifiants pour moi. Parmi eux, j’ai connu les saignements de nez assez fréquents, les saignements de gencives et une grosse poussée de boutons (acné et de fièvre…glamour…).

Côté médical, un suivi accru à cause de mes problèmes de thyroïde. Un faux diagnostique d’œuf clair. Une injection intramusculaire d’antibiotiques en urgence suite à une infection qui m’a fait passer dans le service « Grossesse à Risques. En résumé je voyais ma gynécologues toutes les 15 jours et mon médecin traitant toute les semaines. Une angoisse constante en imaginant le pire.

Je garderai vraiment un mauvais souvenir de ce premier trimestre qui a été un enfer. La seule chose positive qui me restera en tête sera l’échographie des 12SA avec l’annonce du sexe. Une petite fille 🙂

Et vous, comment avez-vous vécu ce premier trimestre ? 

Continue Reading

Mon faux diagnostic d’œuf clair

« Le diagnostic d’œuf clair est fait lors de l’échographie. En effet, dès le début de la grossesse, on peut détecter grâce à l’échographie la présence de l’embryon dans l’oeuf, ainsi que l’activité cardiaque de l’embryon qui atteste que celui-ci est bien vivant.

Dans le cas d’un œuf clair on ne verra qu’on œuf vide, sans rien dedans. La grossesse s’est arrêtée, l’embryon encore tout petit a cessé de se développer. L’expression « œuf clair » fait référence à l’image qu’on voit à l’échographie et qui est donc celle d’un œuf vide. »

Source : Aufeminin.com

J’ai eu ma première visite avec ma gynécologue aux 6SA soit 4 semaines de grossesse. Lorsque celle ci m’a fait la première échographie, j’ai très vite compris ce qu’il se passait à l’écran. J’ai vu une poche. Une poche et c’est tout. Littéralement vide. Après quelques instants de silence, le verdict tombe « Il n y a pas d’embryon ni de vésicule ». Selon elle à ce stade et étant donné la taille de la poche 19,1mm, on devrait voir quelque chose. « Je ne vais pas vous dire que cela est peut-être un peu tôt, je suis sure à 99% que c’est un œuf clair. La grossesse s’est arrêtée extrêmement tôt ».

Etant donné mon age, elle préfère attendre une semaine avant de me prescrire des médicaments pour expulser la poche afin que cela se fasse naturellement. Elle me redonne un rendez-vous 7 jours plus tard pour un contrôle.

Une semaine horriblement longue passe. On attend sans trop savoir ce qu’il va se passer. Est-ce que cela va faire mal ? Est-ce que je vais sentir la poche passer ? Et surtout QUAND cela va t-il arriver ?! Je suis restée cloîtrée chez moi, de peur de me retrouver pleine de sang avec une poche dans la culotte dans un lieu public. J’ai essayé de faire le ménage à fond, de prendre des bains brûlants pour déclencher la chose et éviter les médicaments… Et rien ne se passait… Je me sentais de plus en plus faible, avec de rares nausées. Côté mental, c’était un désastre complet, j’y reviens plus longuement dans mon article : Le choix.

Au deuxième rendez-vous, j’arrive plutôt déterminée chez ma gynécologue. Je me suis un peu renseignée sur les médicaments et je ne suis pas du tout emballée. Je lui demande directement de me prescrire un curetage à l’hôpital sous anesthésie générale. Elle n’est pas trop emballée par mon idée, essaye de me dissuader mais je ne cède pas. « Bon, on va déjà refaire une écho pour contrôler la taille de la poche »…

Sur la table, je ne regarde pas l’écran mais que le plafond. Je ne l’entends pas broncher, elle se lève et retourne à son bureau en me disant « Je vais voir les images qu’on avait la semaine dernière ». Je tourne la tête pour me tenter à regarder l’écran. Je vois toujours la poche, mais cette fois-ci il y a un minuscule « point » à l’intérieur. Je me dis qu’il s’agit surement d’un truc normal dans le processus de l’œuf clair. La gynéco revient et me crie littéralement dessus « On a un embryon et une vésicule !!! ». Elle appuie sur un de ses boutons et des battements de cœur résonnent dans la salle.

Les montagnes russes des émotions. Moi qui arrive toujours à retenir mes sentiments devant les gens, je fonds en larme sur la table d’examens. En entendant ces battements de cœur, c’est le mien qui vient juste de faire un BOUM. La gynéco elle même est dans tous ses états. Elle ne cesse de me répéter « Je ne comprends pas… C’est la première fois que ça m’arrive… Une poche vide est considérée comme œuf clair à 18mm et la votre était à 19,1mm… Je suis désolée… Vous m’en voulez ? Je suis sincèrement désolée ».

Elle préfère tout de même rester sur ses réserves et me demande de revenir pour un contrôle 2 semaines plus tard. Contrôle où tout sera normal.

A ce jour, il n y a aucune explication sur ce faux diagnostic. Je n’en veux pas du tout à ma gynécologue, car comme elle, j’avais bien vu une poche vide lors du premier rendez vous.

Je ne suis pas croyante, je ne crois en aucun Dieu. Mais je crois aux signes. Et avec le recul, je crois que cette expérience m’a conforté à 1000% sur le fait que OUI, JE VOULAIS CE BÉBÉ.

Continue Reading